Jeux de mots (encore !) -LACAN et le Métro……

Je vous ai déjà fait le coup des « mots imposés » je réitère. Cette fois-ci l’image inspiratrice est la suivante :

 

6-8-23_plage_de_deauville_enfants_-agence_rol_btv1b531163074

 Plage de Deauville, Enfants et jeune fille jouant dans l’eau, Photographie de presse, Agence Rol, 1923. gallica.bnf.fr

Les mots à caser dans le récit, les voici :

– métropolitain
– pingouins
– brasserie “La Rotonde”
– salsifis ;
– “Ici l’Aube !”
– infinitésimal
– Jacques Lacan
– ballast.
– meuble
– pinot
– brebis
– salto
– “Bernique !”
– inflammatoire
– Jacquemart (de Dijon)
– ballet.

Et quand vous avez terminé, eh bien vous participez à l’Agenda ironique du mois de Septembre 2018, pour le plaisir, rien que le plaisir !  Carnets Paresseux vous explique tout (https://carnetsparesseux.wordpress.com/2018/09/05/sous-terre-et-sur-leau-lagenda-ironique-de-septembre/?c=13751#comment-13751)

Bref, j’ai œuvré :   (mais je proteste, c’est dur pour une rentrée littéraire !!! )

 

La Brasserie «La Rotonde» voyait peu à peu sa terrasse se remplir. Deux ou trois quotidiens, négligemment posés sur les tables, attiraient l’œil du passant.

En ce matin de Septembre 1938, «A l’aube» titrait que Jacques LACAN envisageait, en compagnie de son pote Jacquemart (de Dijon), une promenade sous terre -ainsi appelait-il la traversée de Paris en Métropolitain– qui leur permettrait une psychanalyse intéressante des poinçonneurs de tickets, ceux-ci ayant présenté dans les dernières semaines un infinitésimal (quoique préoccupant) penchant pour la paresse.

Ils avaient en outre développé un comportement bizarre, et se déplaçaient le long des couloirs dudit Métropolitain avec une démarche de pingouin, tout en croquant des salsifis crus.

Jacques était perplexe.

Assis, donc, à la terrasse de «La Rotonde», il commanda un verre de Pinot et quelques toasts au fromage de brebis.……. le nec plus ultra en milieu de matinée pour le lève tôt qu’il était. Il s’abîma dans des réflexions profonde sur la diversité des problèmes à analyser en cette période de rentrée. Il terminait tout juste une étude commandée par la S.N.C.F. Sur l’utilité des ballasts et leur influence sur le comportement des voyageurs, et l’avait précautionneusement rangée dans un meuble la veille ; et voilà que le ballet des énigmes et des clefs y afférentes occupait de nouveau la scène, et plus précisément son intellect. Lui qui comptait prendre quelques jours de vacances: Bernique!

S’en suivit un phénomène inflammatoire de l’hémisphère gauche de son cerveau, qui eût pour effet de perturber son sens de l’analyse….

Et Jacquemart n’arrivait toujours pas (de Dijon)!!!

La moutarde lui monta au nez. Il était nerveux et réprima une furieuse envie de réaliser un salto arrière sur le trottoir, car il eût peur que sa réputation soit mise à mal.

Son regard se porta alors sur une vitrine, de l’autre côté de la rue : l’Agence JIVAI vantait les bienfaits des vacances sur l’océan. L’option 85893 était en effet fort attrayante, et la silhouette d’une jeune fille en costume de bain scrutant l’horizon, et de deux enfants bravant le clapotis des vagues dans une zénitude absolue, fut pour lui une révélation :

«Bon sang mais c’est bien sûr», plagia-t-il en son for intérieur, il fallait, pour que les pingouins du métro retrouvent leur équilibre, les envoyer en congés payés à Deauville!!!! c’était élémentaire, même sans Watson!

La tempête Shakespearienne s’apaisa sous son crâne, et au même moment Jacquemart (de Dijon) se pointa à l’horizon. Il l’accueillit chaleureusement : «Un Pinot, mon Jacquot ?»

on fait ce qu’on peut, hing !!!

Bonne reprise à tou(te)s et à bientôt.

LN 07/09/2018

 

 

24 commentaires sur “Jeux de mots (encore !) -LACAN et le Métro……

  1. Fort amusante cette histoire de Lacan qui attend impatiemment son ami. Ses réflexions sur les poinçonneurs est excellente au même titre que l’utilité ds ballasts de la S.N.C.F
    Le coup du phénomène inflammatoire de l’hémisphère gauche de son cerveau est finement trouvé our parler de Lacan !

    Aimé par 1 personne

      1. Mais non cette histoire n’est pas sans queue ni tête ! La preuve ? Elle a un début, une suite d’évènements et de réflexion et une fin tout à fait crédible.
        Sans queue ni tête ? Mais n’est-ce pas normal puisqu’il s’agit es réflexions d’un homme qui était psychanalyste ?
        Contrairement à ce que tu écris, ce texte est cohérent avec le héros qui doit avoir des pensées sans arrêt en mouvement.

        Aimé par 1 personne

  2. Bravo !
    Relier tous ces mots, a priori sans rapport les uns avec les autres était aussi simple que d’enchaîner dix saltos arrière…et là, le texte coule presque) naturellement…après un tel effort, tu dois être épuisée.
    Alors :
    Metro, pinot, salto, Jacquot…dodo !

    Aimé par 2 personnes

  3. Bon jour,
    Une analyse en enquête à sabler au champagne (à défaut de Pinot dans ma cave) et Raymond n’aurait pas à rougir ou inversement Jacques a toute les qualités pour changer de métier … enfin, là où il est actuellement et je note : « L’option 85893 » du « matricule 85893  » de Jobougon 🙂
    Max-Louis

    Aimé par 1 personne

  4. Bonjour Gibulène,

    Il y a du nouveau pour l’Agenda d’octobre :

    – Jo Bougon veut bien nous faire part de son idée (de son thème), dès qu’elle aura « le temps de formuler l’idée correctement ».
    – Chachashire propose d’héberger l’Agenda.

    Cela vous convient-il ?

    Merci ! 😉

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.