Mon œil ! (A.I. Février 2022)

Proposition pour l’agenda ironique de février

Choisir une partie du corps. Membre organe tissu cellule liquide substance. Coin pli bout trou articulation ou protubérance. Quelconque élément que vous arrivez à personnifier. Oreille œil poumon synapses pieds nuque coude genou coccyx omoplate nez mitochondrie langue cœur sang ADN cuisse grain de beauté pouce paume auriculaire ou la main entière poignet cheville épaule cheveux nombril cicatrice ride. Défaut ou qualité. Je ne vais pas tout énumérer. Cet élément, unique, double ou multiple, que vous isolez comme vous souhaitez, à grande ou petite échelle, depuis l’intérieur ou l’extérieur, cet élément prend la parole et il se trouve qu’il a plein, vraiment plein de choses à dire à son propriétaire. Gratitude ou reproches, secrets ou nostalgie, exigences bien précises ou rêveries diffuses. C’est vous qui savez. Consignez son monologue, qui comprend moult parenthèses – ou tirets si vous préférez. Son discours se déroule par imbrications comme lui-même s’imbrique dans le corps. Langage qui ne se limite pas à dire oui ou non au plaisir et à la douleur. Dans le corps reposent la sagesse des gestes, des expressions et des réflexes, un esprit de finesse et d’à-propos, une vérité que l’esprit cherche à camoufler. Fiction, autofiction, autobiographie. Le corps peut être le vôtre, celui d’un autre. On ne demandera pas. Intimité oblige. Érotisme possible. (https://josephinelanesem.com/2022/02/01/le-diable-au-corps/)

* * *

onesime a mal à l'oeil

Depuis qu’il pratique la sophrologie et la méditation, Onésime est beaucoup plus à l’écoute de son corps et des messages que celui-ci lui délivre. Son troisième œil est devenu expert dans cet exercice.

Mais ce matin, c’est spécial : il s’est levé la larme à l’œil, expression qui prend ici tout son sens puisque seul l’œil droit larmoie. Un sur trois, se dit-il, il m’en reste quand même deux (vous le connaissez, c’est un pragmatique, Onésime !).

Par acquit de conscience, il entre en connexion avec le grognon et larmoyant organe :

O – Que se passe-t-il, tu es tout poché ! on te dirait passé au beurre noir !

OD – C’est le seul moyen que j’ai trouvé pour attirer ton attention. Depuis que Gertrude t’a tapé dans l’œil avec son œil de biche, tu n’arrêtes pas de lui faire les yeux doux, et moi, ça me fatigue !

O – Pourtant, jusqu’à ce jour, tu avais bon pied bon œil ! Que lui reproches-tu à ma Gertrude, et qui n’a pas l’air de perturber ton binôme de gauche ?

OD – Lui, il n’a pas le compas dans l’œil ! Mais moi je crains qu’elle ne t’ait jeté de la poudre aux yeux… tu lui obéis au doigt et à l’œil; j’ai beau cligner et ciller, voire parpeléger* (c’est un méridional Onésime, son œil aussi du coup), tu la suis les yeux fermés. Mais je t’ai à l’œil. Tu as beau  faire ton œil de bogue* quand tu la regardes, on est là, l’autre et moi, pour te guider. Et on le fait à l’œil qui plus est, alors tu pourrais nous ménager au lieu d’en prendre plein les yeux.

Onésime n’en revient pas de cette révolte oculaire ! Il est pourtant observateur d’habitude, mais là, il n’a rien vu venir.

O – Dis-donc toi ! je t’offre tous les jours le joli spectacle de ma Gertrude et tu fais le difficile ? Tu souffres de quoi au juste ? D’une poussière dans l’œil, d’une bride qui te tiraille ??? Demande à Sainte Lucie* de te rendre ton œil de faucon* et ton regard d’aigle. Je t’avertis, si tu continues, je te mets un cache ! En attendant, hop, un bon collyre…. au moins tu pleureras pour quelque chose !

L’œil gauche, qui jusque là ne s’était pas manifesté, intervient :

OG – Quand on n’a pas les yeux en face des trous, le mieux c’est de se recoucher !

C’est un patient Onésime, mais quand même ! il se dit qu’à force de s’écouter il va se pourrir la journée ! Et ça pas question : aujourd’hui il part en balade avec sa Gertrude et il en a l’œil qui pétille à l’avance (le gauche évidemment).

Il chausse ses lunettes polarisées et s’en va le cœur léger. C’est un optimiste, Onésime, et il sait que sa Gertrude va bien le soigner.

NDLR

O = Onésime
OD= œil droit
OG= œil gauche
Parpeléger mot du Sud de la France pour battre des paupières d’un mouvement rapide

Faire un œil de bogue : avoir l’air ahuri. La bogue est un petit poisson de mer)

Œil de Sainte Lucie : opercule d’un petit coquillage (le turbo rugosa). La légende veut que Sainte Lucie ait guéri une jeune fille qui avait donné ses yeux pour que sa maman retrouve la vue.
Œil de Faucon : Pierre qui, en lithothérapie symbolise la clairvoyance, l’ouverture d’esprit et la tolérance.

Gibulène – 4/2/2022

Publicité

33 commentaires sur “Mon œil ! (A.I. Février 2022)

  1. Un peu loin de chez moi et avec une connexion internet défaillante mais j’adresse un clin d’oeil amical à Onésime.
    Quant à toi Marie-Hélène, bravo et merci pour cette histoire à l’œil.

    Aimé par 1 personne

    1. Sabrina, aborde l’A.I. sans peur, ce n’est pas un concours et personne ne juge…….. l’important est dans les interprétations que chacun peut en faire ! c’est ludique et sans prétention 🙂 et tout le monde s’y retrouve !

      J’aime

  2. ben alors !!! on rêve ??? 😀 déjà que je ne publie pas beaucoup si tu zappes le peu que je fais 😀 😀 😀
    Merci de ton passage et d’avoir aimé, on continue à s’amuser 😉

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.